THRILLER – Crime à Froid

000ThrillerViolentée pendant son enfance, Madeleine s’en enfermée dans un mutisme profond. Devenue une jeune femme elle quitte l’exploitation agricole de ses parents, afin de partir pour la ville. Alors qu’elle rate de peu son bus, elle rencontre par hasard Tony, un homme avenant qui semble ne pas être insensible face à la beauté de Madeleine. Mais ce qui s’annonçait comme le début d’une belle histoire d’amour tourne vite mal. Tony n’est rien d’autre qu’un proxénète pour une clientèle aisée. La relation avec Madeleine tombe dans une violence sadique. Mais face à la désobéissance dont fait preuve sa victime, Tony lui crève un œil ! Dés lors, Madeleine n’aura plus qu’un objectif : Mener une vengeance, froide et cruelle.

Bien qu’il n’en toucha jamais un mot, il est incontestable que Quentin Tarantino a pris Thriller – Crime à Froid en référence pour réaliser Kill Bill.
Si il est important de le signaler, c’est que ce film sorti en 1974, suédois de surcroît, est très peu connu du public lambda. Seuls une poignée de cinéphiles avertis peuvent s’enorgueillir d’avoir vu le film de Bo Arne Vibenius.
Une histoire de vengeance, implacable et froide menée par une protagoniste célèbre de l’époque : Christina Lindberg. Le sentiment vindicatif qu’elle véhicule nous donne à penser qu’elle pourrait avoir sombré dans la folie, mais c’est bien plus subtil que ça. Torturée, bafouée, exploitée,… rien n’épargne Madeleine qui n’a plus rien à perdre, la vie lui ayant tout pris. C’est donc sans retenue, avec sang-froid et conviction que la jeune fille décide de se débarrasser de ses bourreaux.
Pour le spectateur c’est aussi l’occasion d’être confronté à l’esthétisme de la réalisation de Vibernius. Les scènes dans lesquelles Christina Lindberg exécute ses tortionnaires sont tournées au ralenti, ce qui nous permet d’apprécier plus encore la haine qui habite le personnage.
Le réalisateur immortalise chaque instant avec une précision étonnante. Bien que le réalisme soit légèrement désuet avec le temps, il atténue la férocité de jeu de Christina Lindberg qui, sans une ligne de dialogue, traduit son mal être grâce à son regard pénétrant. Pour lui donner la réplique, Heinz Hopf qui campe Tony, interprète avec brio le rôle du maquereau dépravé et bavard, ce qui contraste bien avec l’interprétation de sa consœur.

Lors de sa sortie en Suède, Thriller – Crime à froid fut interdit. La cause étant essentiellement située dans les inserts des scènes pornographiques, voulues par Bo Arne Vibenius, alors que ces dernières n’étaient pas écrites dans le scénario initial de Alex Fridolinski, le co-scénariste. Tant qu’à avoir Christine Lindberg sous la main, autant en profiter. En tout cas, selon les dires de l’actrice. Une autre scène fut tout aussi déterminante à interdire la sortie du film : L’énucléation dont est victime Madeleine !
Ne vous méprenez pas, il ne s’agit ni d’un film cruel, et encore moins porno. Thriller – Crime à froid est bien plus que cela, un vrai thriller qui exploite avec brio le thème de la vengeance, même si celui-ci ne nous épargne pas toujours par quelques aspects crus, il ne tombe jamais dans la gratuité facile, préservant d’un bout à l’autre son intelligence.

C. Valentin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s