LES OVNIS DU BIS – Chez Artus Films

Les extraterrestres sont à l’honneur chez Artus films, avec l’édition de deux DVD dans la collection SF Vintage et Cine de Terror.

hydra01

Le premier, « Destination Planète Hydra » est une production italienne de 1966, signée par Pietro Francisci. Dans ce film, le professeur Solmi (Roland Lesaffre), accompagné de sa fille et de son assistant vont découvrir un vaisseau spatial enfouis dans une grotte. Les extraterrestres à bord du vaisseau vont emmener les humains dans l’espace, vers leur planète. Mais le voyage ne se déroulera pas comme prévu, et le retour sur terre est compromis.
Formidable pamphlet de la S-F italienne, « Destination Planète Hydra » nous offre un agréable moment de cinéma bis. Là où les productions S-F américaine des années 50 font office d’âge d’or, en Europe c’est au contraire bien différent puisque la production s’avère bien moindre. Pour notre bonheur, il faut le dire, car Pietro Francisci (La Reine de Saba, Roland Prince Vaillant, Les Travaux d’Hercule,…), qui s’offre une incursion dans le genre, nous ravi d’un certain humour en la présence de Léontine May, aussi sexy qu’ingénue, tout en abordant avec sérieux la théorie du temps.
Avec sa photographie esthétique et ses décors très « vintage », « Destination Planète Hydra » est un bon petit film qui nous donne tout le loisir d’observer la belle Leonora Ruffo (Le Prince Esclave, Il Diavolo Nero,…) dans un rôle gracieux à souhait, et l’acteur fétiche de Marcel Carné, Roland Lesaffre, dont on ne sait pas très bien ce qu’il vient faire ici, mais qui est très touchant tant il est convaincu par le rôle du scientifique perspicace.

draculafran

Dans « Dracula contre Frankenstein », dont le titre moins marketing et plus représentatif n’est autre que « Les Monstres de la Terreur », un groupe d’extraterrestres fuyant la planète Umo se réfugient sur la terre afin de conquérir celle-ci. S’appuyant sur les superstitions des humains ils vont ressusciter les montres de la littérature classique.
Le titre du film évoque assez mal son contenu, puisqu’à aucun moment Dracula ne fait son apparition, et encore moins le monstre imaginé par Mary Shelley. Autant le dire tout de suite, pour une question de droit, les noms sont changés, ainsi Frankenstein devient le monstre de Faranksalan et s’offre un nouveau visage afin de ne pas imiter le maquillage de Jack Pierce. Le vampire n’est pas nommé et l’excellent Paul Naschy, dans le rôle du loup-garou ibérique se fait appeler Waldemar Daninsky. Si l’on doit la réalisation à Tulio Demicheli, qui remplace Hugo Fregonese, c’est bien Paul Naschy lui-même qui signe le scénario de cette coproduction espano-italo-allemande. Savant mélange des films gothiques britannique et de terreur italienne, « Dracula contre Frankenstein » s’offre, malgré un petit budget, la présence de Michael Rennie (Le Jour où la Terre s’Arrêta) dans le rôle de l’extraterrestre légèrement psychotique. C’est par ailleurs le dernier film de l’acteur qui décédera quelques temps après le montage du film.

C’est donc deux titres qui sont ainsi disponibles chez Artus Films qui a une nouvelle fois fait un excellent travail, avec la présence, en bonus, des commentaires toujours très riches de Alain Petit.

Cédric Valentin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s