LE MASSACRE DES MORT VIVANTS – 1974

maxresdefault.jpg

Dans la campagne anglaise, des scientifiques expérimentent une nouvelle technique d’élimination des insectes par ultra-son. Au même moment, Guthrie, un vagabond mort il y a peu se réveille.
Pour Georges et Edna, deux jeunes citadins, il ne s’agit pas d’une coïncidence et, il est fort à parier, que les expériences menées à proximité sont la cause du réveil des morts !

Si le titre de ce film ne vous dit peut-être rien, c’est qu’il est avant-tout connu sous une autre appellation : « Let Sleeping Corpses Lie » ou encore « The Living Dead at Manchester Morgue ». Quoi qu’il en soit, le sujet reste le même et nous plonge au cœur d’une histoire faite de zombies, d’expériences foireuses et de respect écologique.
Parce qu’il faut bien le dire, ce film signé Jorge Grau (La Trastienda, Cérémonie Sanglante), arrive à peine 6 ans après le film culte de Georges Romero : « La Nuit des Morts Vivants ».

9iuxw8vlmhdtghvxiibcszeywpuDans « Le Massacre des Morts Vivants » les similitudes avec le film de Romero sont nombreuses, à commencer par le racisme anti-jeunes qui est clairement dénoncé tout au long du métrage. D’un côté une jeunesse empreinte de liberté – sous tout rapport – et qui désigne Georges (Ray Lovelock) comme le principale protagoniste, et de l’autre côté une franche plus réactionnaire à la limite du fascisme en la personne de l’inspecteur (Arthur Kennedy), totalement antagoniste. Le réalisateur espagnol – et anti-franquiste – place en opposition constante la police et les jeunes.
Ensuite, la question écologique et les préoccupations qui en découlent. Georges et Edna sont des citadins de Manchester, et déjà le début du film nous abreuve de ces images qui dénoncent une trop grande expansion des technologies : ville grisâtre, industrialisée, irrespirable,… D’où la recherche de la campagne et d’un air pur, trop vite rattrapée par les impondérables des villes modernes.

« Le Massacre des Morts Vivants » est donc en phase avec son temps, et son réalisateur avec ses inspirations. Il se dégage de ce film une atmosphère qui confère au genre zombie une nouvelle aura qui se répercutera dans les nombreuses productions à venir. Peut-on toutefois déduire que le film de Jorge Grau est le fer de lance de ce renouveau ? Nous irions bien loin, car c’est incontestablement à son homologue italien qu’il faut attribuer la référence.
Mais le film de Grau, qui était déjà en chantier depuis un certain temps, s’offre tout de même l’honneur d’avoir pu se détacher de l’ombre de « La Nuit des Morts Vivants », en insistant plus sur l’aspect gore. Les scènes d’anthologies ne maquent pas, jusque dans les effets spéciaux très aboutis. Les zombies sont de factures classiques, mais qu’à cela ne tienne, ils s’avèrent particulièrement effrayants et la présence de Fernando Hilbeck (Guthrie), vient renforcer ce sentiment.

living dead at the Manchester Morgue_edna

Voilà bien un film qui mérite d’être (re)découvert, car malheureusement, trop méconnu en dehors d’un cercle de cinéphiles avertis. Ne serait-ce que pour la présence de Arthur Kennedy, tout à fait convaincant, ou encore la très belle Cristina Galbó (What Have You Done to Solange ?) à la fois mélancolique et fragile, sans oublier Ray Lovelock, acteur à l’impressionnante filmographie : « Fury, Squadra Volante, Roma Violenta,… ».

En fait, une belle brochette d’acteurs en cette année 1974, amenant ainsi un réalisateur émérite, mais un peu oublié, à mettre sur pied un film vraiment magnifique, doté d’une belle photographie, notamment pour la campagne anglaise, et qui saura ravir les amateurs d’un genre aujourd’hui trop souvent galvaudé, mais qui ne perd rien de ses lettres de noblesses.

C. Valentin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s