CREATION OF THE HUMANOIDS

CreationHumanoids06

Les aficionados de la S-F ont-ils aussi des principes philosophiques ? Une question loin d’être badine, puisque la relation entre l’homme et la machine, qui peut encore faire débat aujourd’hui, est de tout temps une obsession.
Alors imaginez, en 1960, lorsque « Creation of The Humanoïds » est mis en chantier cette interrogation est encore plus grande.
Dans un monde post-apocalyptique, une société se reconstruit en introduisant au cœur des humains des robots. Ils sont à la fois doués d’une grande intelligence, mais sont aussi victimes des hommes belliqueux, derniers représentants d’une humanité incapable de procréer. Pour les sauver d’une extinction plus que certaine, les robots créent des humanoïdes à partir des corps de véritables êtres humains.

a33458d900c2d0850b7f6fd529a8d708Dans les grandes lignes, l’approche de ce film fait précurseur des futurs « Blade Runner » et « A.I. », en posant cette vision très théorique de l’homme et de la machine. Car ce qui ressort d’emblée, et je préfère être direct, c’est un profond ennui en regardant le film de Wesley Barry. La réalisation atone et manichéenne n’apporte rien au film, si ce n’est qu’un bavardage incessant de réflexions et de questionnements. Tout au long du métrage les acteurs adoptent une stature fixe, et le réalisateur n’a plus qu’à poser sa caméra et laisser s’exprimer ces derniers qui, finalement, sont très peu engagés dans leur rôle.
Seule une scène de bagarre vient amener un peu de mouvement, mais semble si chorégraphiée qu’elle sombre dans le pathos. Heureusement un twist final vient sauver le film ; une scène inattendue par ses révélations et qui pimente tout de même légèrement la fadeur d’une réalisation sans prétention, jusque dans ses décors, de simples panneaux peints et sans profondeurs.

IMG0855

Série B à souhait, et donc petit budget, « Creation of the Humanoïds » suscite pourtant un intérêt chez les amateurs de S-F.
Fait assez paradoxale, je vous l’accorde, mais son scénariste, Jay Simms, connu pour avoir œuvrer sur des séries de secondes zones, y insuffle une telle réflexion sur le devenir de notre monde, qu’il apparaît soudainement un intérêt certain, nous poussant malgré tout à poursuivre notre quête. Aller au bout des choses semble une évidence, et il est tout aussi évident que ce film est plutôt un film d’auteur. Palabrant beaucoup, trop même, mais posant les bases de futurs blockbusters qui, eux, arriveront de loin à apporter les ingrédients qui manquent cruellement à « Creation of the Humanoïds » !

CreationHumanoids05

Tourné en couleur en 1960, mais n’arrivant sur nos écrans qu’en 1962, il met en vedette Don Megowan (La Créature est Parmi Nous), loin d’être le plus soporifique de la distribution. Il faut voir les robots aux allures d’humains, qu’il ne faut pas confondre avec des piquets. L’acteur n’est pas non plus hyper convaincant, puisqu’il ne fait jamais que réciter son texte, comme si on le lui brandissait de loin.
Erica Elliott est certes une beauté fatale, mais elle ne fera jamais une grande carrière. Pour tout dire, elle n’en fera pas du tout à l’exception d’une incursion dans un épisode de la série « Peter Gunn » en 1961 et « Ripcord » en 1962. Elle disparaît totalement de la circulation par la suite.
Don Doolittle, qui interprète un savant à l’origine de la mutation des corps en humanoïde, n’a guère une carrière plus brillante. Très statique ici, on peut néanmoins retrouver sa trace dans « Hawaii Five-O » en 1971. Ensuite… et bien plus rien… Difficile de se faire une place à Hollywood semble t-il !

CreationHumanoids03

Soyons honnête, il serait inutile à notre tour de faire un pamphlet sur les acteurs de cette bisserie. Son réalisateur lui même, après avoir été enfant star, passera à la réalisation, en tant qu’assistant principalement, notamment sur de nombreuses séries TV, dont « Lassie ».
Sa carrière en tant que « Director », débute en 1952 avec « The Steel Fist » et se terminera en 1963 avec un court-métrage intitulé « The Jolly Genie ». Dix films au total, qui n’entreront jamais au panthéon, tant l’homme n’est pas du tout à l’aise dans cet exercice.

x480-z3J.png

Si vous en avez le courage, je vous conseille tout de même de voir « Creation of the Humanoïds » au moins une fois dans votre vie. Il est d’ailleurs disponible en DVD dans le coffret « La Guerre des Robots » chez Artus Films.
Un dernier conseil, ne lésinez pas sur le café pendant la durée de visionnage du film… A bon entendeur… vous connaissez la suite.

Cédric Valentin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s