LUNA DE MIEL (Honey Moon)

honeymoon-2015-mexican-abduction-horror-movieViolemment transgressif, le film signé Diego Cohen l’est assurément.
Jeune réalisateur, film à petit budget, intimiste et sadique, il nous plonge avec effroi dans la folle mécanique d’un cerveau de psychopathe.
Jorge aime Isabel, en secret, délicieusement patient à attendre de celle-ci un regard et une attention. Mais Jorge s’impatiente, alors il enlève sa bien aimée, non pas sur un cheval blanc, mais dans le coffre étriqué de sa vieille Mustang.
Il aime Isabel, pas de doute, mais il prendra aussi un malin plaisir à la faire souffrir, lorsqu’elle se refusera à lui. Torture, intimidation, sex,… Jorge est aussi tendre que sadique !

luna-de-miel-honeymoon-2015-mexican-horror« Luna De Miel », ou encore « Honey Moon » pour la distribution internationale, est un petit film d’horreur qui nous vient tout droit du Mexique.
Film d’horreur, oui, mais aussi un brin gore et irrévérencieux, tant il pousse loin son antagoniste dans cette obsession maladive qu’il porte à Isabel. Il s’en dégage alors un jeu du chat et de la souris, auquel le réalisateur apporte une dimension plus glaciale, plus sombre et certainement plus jouissive pour le spectateur. On se régale – enfin si l’on peut dire – de cette ambiance dont on ne sait réellement pas où elle nous conduit.
Diego Cohen a en effet pris grand soin de cette dernière, et pour nous la faire ressentir plus profondément, il a apporté un rythme tantôt lent et désinvolte à son long métrage, pour basculer ensuite, sans « garde-fou », dans une accélération poussée, en réaction aux impulsions de ces deux personnages. Les figures centrales du film, puisque la distribution ne se complète que par deux seconds rôles, dont un qui nous réserve une surprise assez… interpellante.

CvOmVJQVMAAlanY

Mais c’est bien à Paulina Ahmed et Hector Kotsifakis que revient la mission de porter le film en étendard de l’horreur et du sadisme.
Pour la jeune actrice, dont c’est le premier rôle, le pari est tenu ! Très convaincante dans son interprétation, elle compose un personnage entier et sincère, dont le petit twist final pourrait presque nous déstabiliser.
Son partenaire, lui, est magistrale. Son regard pénétrant, son attitude qui transcrit à la fois l’amour envers Isabel, mais un profond malaise également, lui donne une consistance presque amicale. Presque, précisons-le, car ce geôlier psychopathe est capable des pires atrocités.

MV5BNzQyNmU2MzctZGM3NC00YTUxLWJhNTMtODQyMWEwZjU4MzdhL2ltYWdlL2ltYWdlXkEyXkFqcGdeQXVyMjg1MTU1NjI@._V1_

« Luna De Miel », long métrage signé Diego Cohen, avait fait l’ouverture du « Festival International du Film Fantastique de Bruxelles », en avril 2015. Succès pour les uns, déception pour les autres, en cela rien de bien nouveau. Mais il faut tout de même avouer qu’on ne reste pas indifférent face à ce film qui gravite dans les extrêmes, peut-être pas autant qu’un « Hostel » ou qu’un « Guinea Pig », mais qui nous fait tout de même vivre quelques émotions pendant la durée de sa projection.
Du coup, si le cœur vous en dit, et je vous y encourage, prenez le temps de visionner cette petite « Pepito mi corazon », enfin cette pépite quoi ! Et si vous pensez qu’une lune de miel se résume à un ciel bleu, du sable chaud et bronzette sous les cocotiers, vous allez en découvrir le revers de la médaille.

Cédric Valentin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s