THE FOREIGNER

jackie-chan-gets-revenge-on-pierce-brosnan-in-the-foreigner-trailer

Vous êtes un amateur de Jackie Chan ? Vous aimez à la fois son humour et sa virtuosité à rendre l’action palpitante ? Alors je vais peut-être vous décevoir, ou au mieux piquer votre curiosité (oui oui, laissez-vous piquer), puisque notre bon Jackie qui nous surprend toujours au combat, ne se fendra pas pour autant de situations comiques, préférant s’illustrer dans un registre diamétralement opposé.

1914548Quan Ngoc Minh est un modeste restaurateur du quartier chinois de Londres.
Alors qu’il récupère sa fille à la sortie de l’école, pour la déposer au magasin afin d’y récupérer sa robe pour le bal de fin d’année, il a un accrochage avec un autre véhicule. Quan, à peine descendu pour faire le constat de son accident, se retrouve soudainement éjecté par le souffle d’une explosion. Celle-ci a eu lieu juste devant le magasin où sa fille venait d’entrer.
Quelques instants après l’explosion, la presse est prévenue par téléphone : un terroriste revendique l’attaque au nom de « L’Authentique IRA » !
Les victimes sont nombreuses, parmi elle, Fan, la fille du restaurateur.
Á Belfast, Liam Hennessy, le vice-premier ministre d’Irlande du Nord est prévenu : jadis il fut membre de l’IRA avant de se repentir des crimes commis dans sa jeunesse.
Il a cependant gardé d’étroits contacts avec les têtes pensantes de l’organisation. Ces derniers sont convoqués, et afin de maintenir la paix qui dure depuis dix-neuf ans, Liam enjoins ces anciens camarades à coopérer avec le gouvernement pour retrouver les auteurs de l’attentat.
Pendant ce temps, Quan est inconsolable et tente par toutes les manières de connaître les noms des membres de l’IRA qui possèdent dans leur entrepôt les ingrédients nécessaires à la fabrication d’une bombe.
Son investigation le conduit à rencontrer le vice-premier qui lui assure ne pas pouvoir l’aider.
Quan est alors plus déterminé que jamais à venger la mort de sa fille, mettant tout en œuvre pour faire parler Liam Hennessy qui semble en savoir plus qu’il ne laisse penser.
La traque commence, et elle ne fera pas de cadeaux !

gelecekk_1512643629

Á soixante-trois ans Jackie Chan n’a rien perdu de sa superbe : si l’homme s’avère toujours aussi agile et d’une redoutable efficacité dans les scènes d’action, il rejoint pourtant le casting d’un long qui ne lui permet pas de céder un peu de terrain à cet humour qui le caractérise tant.
Il faut bien le dire, « The Foreigner » est un film plutôt sérieux, laissant une large place aux grandes discutions politiques. C’est par ailleurs le point un peu laborieux du métrage, mais heureusement pas tant que cela, grâce à la présence de Pierce Brosnan, qui met toute son énergie à rendre le sujet plus intéressant qu’il n’y parait.
Jouant sur un registre qui est le parfait contraire de Mister Chan, qui est plus dans le mutisme, l’ex James Bond à lui la langue bien pendue. Un Pierce Brosnan tout de même intéressant, assez intense dans le rôle du vice-premier ministre, le rendant à la fois aimable et crapuleux. Les contours de son personnage sont assez flous : est-il bon ou mauvais ?
Aucun doute, à contrario sur la nature de Jackie Chan qui joue sur le registre émotionnel, tout en douceur lorsque le père s’exprime sur sa peine, prolongeant cette tendresse jusque dans sa mission vindicative. Vu qu’on a pas l’habitude de le voir ainsi, c’est assez important pour être signalé. Il n’est pour autant pas question d’éluder les scènes où il est en proie avec des brutes téméraires, nous permettant de l’admirer dans son art, où les coups de pieds fusent aussi vite que les balles.
Bien que la péloche palabre dans sa première partie, la seconde moitié prend plus de hauteur, reléguant la politique en second plan pour laisser plus d’espace au côté revanchard, nous offrant quelques très belles séquences lors des rencontres Brosnan/Chan ; et d’assister à cette course effrénée que se livrent les deux hommes pour faire la lumière sur ces attentats. Pour des raisons différentes l’un et l’autre, assurant – toujours en seconde partie – une nervosité qui met enfin le film sur les rails, devenant de plus en plus nerveux. L’occasion, enfin, de voir briller les deux acteurs dans ce qu’ils savent faire de mieux, puisqu’au final, on ne se refait pas et inéluctablement c’est ce que l’on attend d’eux : une bonne dose de testostérone !

TheForeignerSSR3-670x300

« The Foreigner » signe également le retour après six ans d’absence, et l’échec de « Green Lantern », de Martin Campbell derrière la caméra.
Le réalisateur Néo-Zélandais semble au départ un peu fébrile, essayant de trouver ses marques pour livrer le meilleur de cette histoire, dont le scénario est signé David Marconi, d’après le roman « The Chinaman » de Stephen Leather.
Une fois ses repères établis, le réalisateur est soudainement plus à l’aise, nous faisant rentrer à pieds joints (mais ceux-là ne font pas mal) au cœur de son intrigue.
Volontaire ou non, il y a un petit côté « Taken » à travers ce père vengeur, mais loin d’un vulgaire copié/collé, Martin Campbell et son scénariste prennent le parti de la sensibilité, comme pour convaincre le spectateur que la peine suffit à transformer le petit restaurateur en une machine de guerre. Cela vous paraît-il surréaliste ? Attendez de connaître le passé du paternel et vous comprendrez de quoi il en retourne !
Dans « The Foreigner », qui dure presque deux heures, on a pris soin d’évoquer ce passé, principalement pour les deux protagonistes, en insistant tout de même beaucoup sur Jackie Chan qui se fend de quelques flash-back qui, intrinsèquement nous en dit long sur sa nature profonde.
Avec un sens aigu du rythme, qui fit la gloire de « Golden Eye » et même de « La Légende de Zorro » (j’aime mélanger les genres), Martin Campbell s’en tire donc plutôt bien en livrant un long métrage qui prend le temps, sans tomber dans la lenteur excessive, et qui touche à certains sujets sensibles, tant sur le plan politique que sur celui de la famille.

2ed40696-d66e-11e7-93d7-6d6fc14be448_1280x720_123413

Force est donc de constater que Jackie Chan a encore des leçons à donner, que Pierce Brosnan s’embellit en prenant de l’âge, et que le duo fonctionne plutôt bien.
Au point que, à titre personnel, je ne serai pas contre un nouveau film réunissant les deux acteurs.
« The Foreigner » mérite assurément le détour, et finalement peut-être bien que les aficionados de Jackie pourraient se laisser surprendre par l’interprétation magistrale de leur héros… au final notre héros à tous !

C. Valentin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s